Covid-19 : comment expliquer les facteurs de vulnérabilité ?

23 novembre 2020 COVID-19

L’âge n’est pas le seul facteur de risque face à la Covid-19. L’obésité, le diabète, les maladies respiratoires, cardiovasculaires, rénales mais aussi le cancer et l’immunosuppression exposent les patients à de graves complications en cas de contamination par le SARS-CoV-2.
 

Le SARS-CoV-2 induit dans les cas les plus graves un syndrome de détresse respiratoire aigu. Ce coronavirus impacte aussi l’appareil cardiovasculaire : l’infection de la Covid-19 se compliquera en cas de comorbidités cardiovasculaires*. De plus, le SARS-CoV-2 peut lui-même entraîner des lésions cardiovasculaires parfois mortelles. Les patients sont ainsi nombreux à souffrir de myocardite, d’insuffisance cardiaque, de fibrillation atriale.

 

En réalité, tous les coronavirus entraînent des complications cardiovasculaires chroniques. A ce sujet, il faut savoir qu’il n’existe pas un mais plusieurs coronavirus, cette famille de virus engendrant des maladies bénignes comme les rhumes et parfois des troubles plus sévères comme cela a été le cas pour le MERS-CoV, le SRAS et désormais le SARS-CoV-2.

 

Pour quelles raisons le SARS-CoV-2 fragilise-t-il les cœurs ? A cause de la présence de l’enzyme ACE2**, porte d’entrée du SARS-CoV-2. Pour infecter l’organisme, le coronavirus se fixe sur les récepteurs de cette enzyme. L’enzyme ACE2 est essentielle au bon fonctionnement de l’appareil cardiovasculaire, mais aussi pulmonaire et rénal. Neutralisée par le SARS-CoV-2, l’ACE2 perd donc ses pouvoirs et les organes en souffrent.

 

Autres facteurs de vulnérabilité :

 

  • L’hypertension artérielle prédispose à une infection par la Covid-19. Cette pathologie double le risque de décès lié à une contamination par le SARS-CoV-2***. Au niveau du cœur, l’enzyme ACE2 agit en effet sur la vasodilatation et la vasoconstriction. Lorsque le SARS-CoV-2 se fixe sur l’ACE2, ces deux mécanismes sont altérés, d’où les complications liées à la Covid-19 chez les patients HTA.

 

  • Le diabète augmente la survenue de complications (pneumonie et détresse respiratoire) en cas de contamination par la Covid-19. Les pics de glycémie altèrent le système immunitaire et rendent l’organisme plus vulnérable. Mais l’infection en elle-même aggrave le diabète. Les hommes âgés de 70 ans, diabétiques de type 2, sont les plus à risque parmi les patients diabétiques.

 

  • L’obésité, facteur de risque du diabète, aggrave particulièrement le pronostic de femmes de moins de 50 ans. Cette fragilité s’explique par le blocage pulmonaire lié à l’accumulation des graisses du ventre. Par ailleurs, les cellules graisseuses ont la capacité de transporter le virus dans le sang. Enfin, l’excès de graisse catalyse la réaction inflammatoire liée à la Covid-19.

 

Boîte à outils ! Vous souhaitez davantage d’informations sur les dispositifs de suivi des patients atteints de maladies chroniques ayant contracté la Covid-19 ? Rendez-vous sur cette page dédiée aux patients, aux professionnels de santé et aux établissements de santé.

 

*Hypertension, patients ayant eu un Accident Vasculaire Cérébral (AVC), un infarctus du myocarde, une coronaropathie, une chirurgie cardiaque

**Enzyme ACE2 : enzyme de conversion de l’angiotensine 2

***Selon une étude menée en Chine et en Irlande auprès de 2 866 patients pris en charge à l’hôpital de Huo Shen Shan (Wuhan) entre le 5 février et le 15 mars 2020

À voir aussi