Vous êtes vulnérable à la Covid-19 : quelles démarches entreprendre pour vous protéger ?

25 novembre 2020 COVID-19

Pour les personnes à risque de développer une forme sévère de la Covid-19, il est possible de bénéficier du dispositif d’activité partielle ou d’un arrêt de travail à titre préventif. Voici comment procéder.

Qui est considéré comme personne vulnérable ?

Vous avez plus de 65 ans, êtes enceinte de plus de 6 mois ? Vous souffrez d’une pathologie chronique (maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire chronique, cancer évolutif sous traitement) ou vous êtes atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise ? Si vous présentez l’un des critères de vulnérabilité (cf. Liste 1), vous faites donc partie des personnes à risque de développer une forme sévère de la Covid-19.

 

Pour vous protéger, vous devez être prudent et éviter tout contact non indispensable. Aussi, afin de vous prémunir au mieux, plusieurs solutions sont possibles :

 

Si vous êtes salarié(e) :

Si vous êtes salarié(e) et que le télétravail n’est pas envisageable pour votre poste, il existe deux solutions :

  • Soit des mesures de protection complémentaires sont prises par votre employeur pour vous permettre de travailler en présentiel en toute sécurité. Parmi elles, la mise à disposition de masques chirurgicaux par l'entreprise, un aménagement du poste de travail avec un bureau individuel, le nettoyage et la désinfection des surfaces de travail au moins en début et en fin de poste…
  • Soit vous êtes placé(e) en chômage partiel. Dans ce cas, demandez à votre médecin de vous rédiger un certificat d'isolement. Vous pourrez ainsi le soumettre à votre employeur qui se chargera d’effectuer les démarches. Ce qui vous permettra de rester confiné(e) à votre domicile.

 

Si vous habitez avec une personne vulnérable, votre employeur doit favoriser le télétravail. Il vous faut dans ce cas fournir à votre employeur un certificat rédigé par votre médecin indiquant que vous faites partie des personnes concernées.

 

Si vous n’êtes pas salarié(e) ou si vous travaillez dans la fonction publique :

Si vous n’êtes pas salarié(e) et que vous êtes profession libérale, artisan-commerçant, professionnel de santé, artiste auteur, stagiaire de la formation professionnelle, gérant salarié, agent de la fonction publique ou contractuel de droit public présentant un risque de développer une forme grave d'infection, vous pouvez bénéficier d’un arrêt de travail à titre préventif et de l’indemnisation associée.

En effet, si vous ne pouvez pas exercer votre activité sur votre lieu de travail en raison de l’absence de mesures de protection renforcées, et que vous ne pouvez pas télétravailler, votre médecin peut effectuer la déclaration d’arrêt de travail pour vous. Vous pouvez également vous rendre directement sur le téléservice declare.ameli.fr pour en faire la demande. « L'arrêt de travail peut être établi à compter du 12 novembre 2020 pour une durée maximale de 21 jours », précise l’Assurance-maladie. « L'indemnisation se fait sans délai de carence, et ce jusqu'au 31 décembre 2020. »

 

Liste 1 : Critères de vulnérabilité

  • Être âgé de 65 ans et plus ;
  • Avoir des antécédents cardiovasculaires (ATCD) : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
  • Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30) ;
  • Être atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise :
    • Médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
    • Infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
    • Consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
    • Liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
  • Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • Être au 3e trimestre de la grossesse ;
  • Être atteint d'une maladie du motoneurone, d'une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d'une tumeur maligne primitive cérébrale, d'une maladie cérébelleuse progressive ou d'une maladie rare (nouveau critère du 12/11/2020).

 

A noter : Dans le cas où il serait constaté, lors du contrôle des déclarations, que le déclarant ne remplit pas les conditions exposées ci-dessus, il ne sera pas possible pour l'Assurance maladie de prendre en charge les indemnités journalières.

 

NYHA : New York Heart Association

 

* Liste des critères de vulnérabilité directement accessibles sur cette page