Les réveillons du 24 au 31 : faîtes le plein de joie !

16 décembre 2020 Actualités

Les fêtes de fin d’année 2020 seront particulières bien que le contexte sanitaire s’améliore, les gestes barrières seront de la fête... Mais même en petit comité, les bienfaits pour la santé s’invitent à table !
 

Les semaines de confinement nous ont éloignés – physiquement du moins – de nos proches. Et les ambiances festives nous semblent remonter aux calendes grecques. Pour les fêtes de fin d’année, le nombre de convives sera réduit. Mais voici 3 raisons pour lesquelles les fêtes de fin d’année vont vous faire du bien.

 

La joie, précieuse émotion

Se retrouver en famille et entre amis procure de la joie. Les cerveaux heureux ont un impact sur l’organisme. Les personnes joyeuses ont en effet des taux d’anticorps élevés, la preuve d’un système immunitaire en forme*. En profitant de l’instant présent, vous stimulez l’activité de neurotransmetteurs impliqués dans le plaisir et la motivation (la dopamine) et la régulation des humeurs (la sérotonine). En faisant le plein de bonnes ondes, vous diminuez votre risque cardiovasculaire**.  

 

Les plaisirs des papilles

Les plats de fêtes procurent du bien-être ! Le plaisir de manger « se localise dans le réseau dopaminergique du cerveau : le réseau méso-cortical limbique, qui se projette du centre du cerveau vers le cortex préfrontal, l’amygdale et le striatum notamment », détaille Serge Luquet, directeur de recherche au CNRS. « Ce système, dit ‘de récompense’, est rythmé par l’action de la dopamine. » Bien sûr, les excès restent malvenus et sont contre-productifs niveau bien-être : la suralimentation augmente l’anxiété***.

 

Le lien social, remède anti coup de blues

La vie sociale est plus précieuse que l’on pense ! A l’origine de ce bonheur en famille ou entre amis ? L’action de l’ocytocine, hormone de l’amitié et de l’amour stimulant l’empathie et l’affection****. Son pouvoir est aussi anxiolytique. Elle est ainsi capitale dans la cohésion de groupe. 

 

Malgré une année 2020 très particulière, restez optimistes en gardant en tête tous ces points positifs… le principal étant de passer de belles fêtes entourées des gens qui comptent !

 

 

* Selon une étude américaine menée auprès de 159 patients. « Kindness in the blood: A randomized controlled trial of the gene regulatory impact of prosocial behavior » S. Katherine Nelson-Coffey », Psychoneuroendocrinology 

**Selon une étude menée auprès de 76 362 volontaires. Chang SC et coll. Circ Res, 2017; 120: 1927-37.

*** « Overeating and depressed? There's a connection, and maybe a solution », Ronald Duman, the Elizabeth Mears and House Jameson, Neuropharmacology, December 21, 2015, Yale University

**** « The effects of oxytocin on social anxiety depend on location », Natalia Duque-Wilckens, Proceedings of the National Academy of Sciences, 7 octobre 2020

 

Sources :

  • « Why Social Relationships Are Important for Physical Health: A Systems Approach to Understanding and Modifying Risk and Protection, Julianne Holt-Lunstad », Annual Review of Psychology, Vol. 69:437-458 (Volume publication date January 2018)
  • « Kindness in the blood: A randomized controlled trial of the gene regulatory impact of prosocial behavior S. Katherine Nelson-Coffey », Psychoneuroendocrinology« Overeating and depressed? There's a connection, and maybe a solution », Ronald Duman, the Elizabeth Mears and House Jameson, Neuropharmacology, December 21, 2015, Yale University
  • « Les 4 piliers du bonheur selon les neurosciences », apprendreaeduquer.fr
  • « Comment le cerveau gère notre appétit », Centre national de la recherche scientifique (CNRS) Le Journal, 22 juin 2020
  • « Cœur et stress : combattre le stress pour réduire le risque cardiovasculaire », Fédération française de cardiologie
  • « The effects of oxytocin on social anxiety depend on location », Natalia Duque-Wilckens, Proceedings of the National Academy of Sciences, 7 octobre 2020