Pendant l’épidémie, quels que soient vos problèmes de santé, faites-vous soigner !

09 décembre 2020 COVID-19

Pendant la crise sanitaire, maintenir son suivi médical et continuer à bien prendre ses médicaments est essentiel pour tous, personnes fragiles ou non, jeunes ou moins jeunes. Les soins, les vaccinations, les examens et les consultations ne doivent pas être reportés.
 

Continuer les soins

 

Les professionnels de santé continuent d’assurer les soins sur place, en téléconsultation ou à domicile dans le respect des règles sanitaires. N’hésitez à les contacter pour connaître leurs modalités de consultation.

Toute personne peut bénéficier d’une consultation ou de soins à distance par certains professionnels de santé : médecin, infirmier, sage-femme, orthophoniste, orthoptiste, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue. La téléconsultation est prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie, sans avance de frais et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire.

Si vous avez besoin de renouveler votre traitement dans le cadre d’une maladie chronique, de la délivrance de contraceptifs oraux (pilules) ou d’un traitement de substitution aux opiacés, les ordonnances peuvent être renouvelées par un pharmacien ou un infirmier même si elles sont périmées.

 

Personnes atteintes de maladies chroniques et personnes âgées

 

Il est indispensable de rester très attentif à votre santé en conservant le lien avec votre médecin, les autres soignants et votre entourage.

Voici quelques bons réflexes à adopter :

  • Poursuivez votre traitement sans le modifier et conservez vos soins habituels ;
  • Ne reportez pas les examens médicaux prescrits ;
  • Soyez attentif à ce que vous ressentez. Si des symptômes inhabituels apparaissent :
    • Ne prenez pas de nouveaux médicaments.
    • Appelez sans tarder votre médecin.
    • En cas de difficultés respiratoires ou de signe d’étouffement, appelez le 15. Les personnes sourdes ou malentendantes doivent laisser un message au 114 ;
  • Gardez des liens (téléphone, réseaux sociaux…) avec vos proches, et si vous avez besoin d’être soutenu, contactez votre médecin ou les associations de patients ;
  • Respectez les consignes sanitaires tout en maintenant une activité physique régulière chez soi ainsi qu’une bonne alimentation…

 

Les infirmiers peuvent privilégier le suivi à domicile de leurs patients (si le télésuivi n’est pas envisageable) et ce même si la prescription médicale ne le mentionne pas spécifiquement. Ces déplacements seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

Les infirmiers peuvent poursuivre certains soins dispensés aux patients atteints d'une pathologie chronique stabilisée au-delà de la date de validité de la prescription, à titre exceptionnel et dans les conditions prévues par la prescription initiale :

  • Les soins infirmiers en rapport avec une affection de longue durée (ALD) ;
  • Les soins infirmiers nécessitant la prescription de dispositifs médicaux ;
  • Le suivi de la prise médicamenteuse pour les patients atteints de troubles psychiatriques et de troubles cognitifs ;
  • Les soins infirmiers à domicile pour un patient, quel que soit son âge, en situation de dépendance temporaire ou permanente ;
  • Les prélèvements dans le cadre de la prescription d'un examen de biologie de surveillance d'une pathologie chronique.

 

Les pharmaciens d'officine peuvent réaliser à distance (vidéotransmission), leurs actions de conseils et d'accompagnement des patients sous traitement anticoagulant oral (anticoagulants oraux directs ou antivitamines K), des patients sous antiasthmatiques (traités par corticoïdes inhalés) et pour les bilans partagés de médication à destination des patients âgés polymédiqués (ordonnance comprenant 5 médicaments ou plus).

Si vous souffrez d’une insuffisance cardiaque chronique, vous pouvez bénéficier de la télésurveillance même en l’absence d’une hospitalisation au cours des 30 derniers jours ou au cours des 12 derniers mois.

Si vous êtes diabétique, vous pouvez bénéficier de la télésurveillance, sur prescription médicale pour une durée de 3 mois. Les diététiciens peuvent également réaliser certains actes à distance, par télésoin.

L’activité physique adaptée (APA) prescrite contribue au maintien de l’état de santé général.

Il est important de ne pas interrompre la pratique régulière d’APA en veillant à l’adapter à la situation et en respectant les consignes en vigueur concernant les déplacements à l’extérieur du domicile. La pratique d’une activité physique à domicile, lorsqu’elle est possible, ne fait l’objet d’aucune restriction liée au contexte actuel. Elle est vivement conseillée.

Par ailleurs, la Haute autorité de Santé (HAS) met à disposition des professionnels de santé des recommandations élaborées en partenariat avec les organisations professionnelles, les sociétés savantes et les associations d'usagers afin de garantir la continuité de la prise en charge des maladies chroniques dans le cadre de la crise sanitaire.

 

Continuer les dépistages des cancers

 

Les dépistages comme celui du cancer colorectal, du cancer du sein ou encore du col de l'utérus, pour lesquels les examens (test de dépistage immunologique, mammographie et examen clinique ou prélèvement cervico-utérin) peuvent maintenant être réalisés dans le respect des règles sanitaires, doivent être effectués. Se faire dépister n’empêche pas d’avoir un cancer mais permet de le détecter plus tôt, avant l’apparition de symptômes. Cette détection précoce permet de soigner plus facilement le cancer et d’augmenter ses chances de guérison, mais aussi de limiter les séquelles liées à certains traitements.

L’envoi des invitations pour ces dépistages est adapté au contexte sanitaire régional et à la disponibilité des professionnels et établissements de santé de la région.

Si vous êtes déjà en possession d’une invitation, vous pouvez réaliser votre test de dépistage.

Chaque établissement ou professionnel de santé vous précisera, lors de votre appel pour une prise de rendez-vous, s'il est en mesure de vous accueillir.

L’objectif des professionnels de santé est de ne pas faire perdre de chance au patient du fait de sa maladie, tout en limitant son risque d’infection par la COVID-19.

En effet, l’Institut nationale du Cancer (Inca) a constaté sur la période de mars à août 2020 (incluant la première période de confinement) un recul de 17% de l'activité de chirurgie d’exérèse* des cancers par rapport à la même période en 2019. Cet écart intègre diverses situations, allant du patient dont le diagnostic était déjà établi mais pour lequel une adaptation du traitement initial a été proposé, à ceux dont les cancers n’ont pas été diagnostiqués.

Les sociétés savantes de professionnels de santé ont ainsi élaboré de nouvelles consignes nationales de traitements, par cancer, adaptées au contexte d’épidémie de COVID-19. Elles ont identifié les situations cliniques pour lesquelles un report ou une adaptation de traitement sont possibles sans diminuer leur efficacité, et celles pour lesquelles le plan initial de traitement doit être maintenu.

 

* L’exérèse est une opération qui consiste à enlever une anomalie, une tumeur, une partie d'organe ou un organe entier.

 

Femmes enceintes, nourrissons, enfants et adolescents

 

Pour s'assurer du bon déroulement de la grossesse et prévenir les risques liés à celle-ci, un suivi médical est indispensable. Les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de leur grossesse, doivent respecter le planning des rendez-vous médicaux (notamment les 3 échographies requises).

Le suivi médical comprend :

  • 7 examens prénataux ;Des analyses biologiques ;
  • 3 échographies ;
  • 1 entretien prénatal précoce ;
  • 1 bilan de prévention ;
  • 7 séances de préparation à la naissance et à la parentalité pour préparer votre accouchement et l’accueil de votre enfant.

Il est également possible de bénéficier d’une consultation ou de soins à distance par certains professionnels de santé : médecin, infirmier, sage-femme, …

La téléconsultation est prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie et sans avance de frais.

Le suivi médical des nourrissons, des enfants et des adolescents doit être maintenu : examens de santé, vaccinations obligatoires et examens de prévention bucco-dentaire doivent donc être réalisés.

 

Sources :