Confinement : quels impacts sur la nutrition et l’activité physique ?

20 janvier 2021 COVID-19

Pendant 51 jours, le premier confinement imposé par l'épidémie de Covid-19 a bouleversé le quotidien des Français. L’enquête Coviprev (1) lancée par Santé Publique France et celle de l’EREN (2) se sont penchées sur l’évolution des comportements des Français, notamment sur leurs habitudes alimentaires et leur activité physique et sportive, tous deux facteurs de risque majeurs modifiables des maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires, cancer).
 

Les résultats en chiffres :

 

La tendance à la prise de poids s’est amplifiée au fil du temps, en lien avec le grignotage entre les repas pour compenser ennui et stress liés au confinement et à l’épidémie.

 

    

 

Dans le même temps, le temps global d’activité physique a diminué, allant de pair avec
l’augmentation du temps passé assis et devant un écran

 

               

 

Toutefois, il est important de noter que de bonnes habitudes se sont maintenues, voire développées !

Elles permettent de rester en bonne santé, d’être mieux dans son corps et dans sa tête et, appliquées dans la durée, de prévenir la survenue de maladies chroniques à moyen et long terme.

 

Le temps passé chez soi a permis de (re)découvrir la cuisine « faite maison » privilégiant les produits frais, les aliments en conserve ou surgelés non préparés et ainsi de limiter l’utilisation des additifs (colorants, émulsifiants, conservateurs, exhausteurs de goût, arômes…). 

Malgré les restrictions de sorties, près de la moitié des répondants ont déclaré avoir maintenu son niveau d’activité physique et sportive.

 

Ces résultats confirment la nécessité de renforcer les actions de lutte contre la sédentarité.

 

 

Retrouvez nos idées et outils pour bien manger et bouger :

Vous pouvez également retrouver toutes les recommandations adaptées sur Mangerbouger.fr

 

 

(1) Vagues d’enquête menées du 14 au 16 avril, puis du 4 au 6 mai 2020 et du 13 au 15 mai auprès de 2010 individus âgés d’au moins 18 ans


(2) L’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN), équipe mixte de l’Inserm, de l’Inrae, du Cnam et de l’université Sorbonne Paris Nord, a interrogé entre avril et mai 2020, les participants de l’étude NutriNet-Santé. L’analyse pote sur plus de 37 000 répondants.

 

 

Sources :