Cœur artificiel : où en est-on ?

19 mai 2020 Actualités

C’était le 18 décembre 2013, à Paris, Hôpital européen Georges Pompidou. Pour la première fois au monde, un patient bénéficiait d’une implantation d’un cœur artificiel dit ‘total’, car doté de deux ventricules. Point d’étape sept ans après le lancement de cette grande aventure.

Conçu et développé par la société française Carmat, ce cœur artificiel est évalué dans le cadre d’une étude clinique baptisée Pivot. En novembre 2019, « après 6 ans et 8 mois de support cumulé », un retour d’expériences a été publié. Et comme le dit Stéphane Piat, Directeur général de Carmat, « les résultats sont très encourageants ».

En effet, 73% des 11 patients ont atteint l’objectif primaire de l’étude correspondant à 6 mois de survie avec la prothèse ou à une transplantation cardiaque réussie dans les 6 mois suivant l’implantation du dispositif. A titre de comparaison, la proportion était de 50% au cours de l’étude initiale dite de faisabilité, qui avait concerné quatre patients. A noter que le 10 mars dernier, une étape importante a été franchie avec l’annonce d’un premier patient à passer le cap des deux ans de vie avec sa bioprothèse.

 

 

« Des résultats positifs »

Alors qu’un douzième patient est aujourd’hui traité en République Tchèque, Carmat a également reçu l’autorisation de la Food and Drug Administration américaine (FDA), l’équivalent de l’agence nationale du Médicament (ANSM) en France, pour lancer une étude clinique de faisabilité auprès de 10 patients américains.

Comme le souligne la Fédération française de Cardiologie (FFC), sur son site internet, « si les résultats sont très positifs, l’implantation à grande échelle n’est pas encore d’actualité. Sur un plan technique, d’une part : le câble d’alimentation externe du Carmat sort du ventre, ce qui exige un pansement abdominal, ce qui augmente le risque infectieux et empêche les bains. D’autre part, la machine consomme beaucoup d’énergie. Enfin, cette prothèse n’est pas encore suffisamment miniaturisée pour certains thorax et ne peut être implantée qu’à une femme sur quatre. Son format, pour l’instant, la rend quasiment exclusivement réservée aux hommes ».

 

 

 

Sources

Carmat 10 mars 2020 : https://www.carmatsa.com/carmat-content/uploads/2020/03/carmat_cp_updateclinique_2ans_100320.pdf

Carmat, 5 février 2020 : https://www.carmatsa.com/carmat-content/uploads/2020/02/cp_carmat_ide_approbation_complete_fr.pdf

Carmat, 6 novembre 2019 : https://www.carmatsa.com/carmat-content/uploads/2019/11/cp_carmat_retourexperience_fr.pdf

Fédération française de Cardiologie, 13 février 2020, Cœur Carmat : https://www.fedecardio.org/Les-maladies-cardio-vasculaires/Les-traitements-des-maladies-cardio-vasculaires/coeur-carmat