Quoi de neuf en cardiologie ?

En solidarité avec la période de confinement, les actualités COVID sont ouvertes à tous.

 

18 novembre 2020 Actualités santé

La Covid-19 envahit toutes les informations en santé. Pour autant, les découvertes dans les autres domaines ne s’arrêtent pas. Focus sur les dernières informations publiées en cardiologie.

Stress.

Le tabagisme et l’excès de mauvais cholestérol augmentent le risque cardiovasculaire. Mais il existe aussi des facteurs de vulnérabilité liés au stress. Les accidents coronariens s’avèrent plus fréquents chez les sujets envahis par « une grande compétitivité, une recherche permanente de réussite sociale et professionnelle, une hyperactivité avec lutte contre le temps, une agressivité et une certaine hostilité », détaille le Pr Dany-Michel Marcadet, cardiologue à Paris. Autre point, un burn-out augmente le risque d’événements cardiovasculaires de « 21,1% chez les femmes et 27,7 % chez les hommes ».

 

Solitude et deuil.

Les personnes vivant seules ou le manque de soutien social « voient leur risque de développer et de mourir prématurément d’une cardiopathie augmenter », détaillent le Pr Dany-Michel Marcadet et le Pr Myléna Muzyka-le-Gal. Le taux d’infarctus myocardique est multiplié « par 21 dans les 24 premières heures suivant le décès d’un proche, et diminue régulièrement au cours des jours suivants ». Le choc est tel que ce phénomène peut s’apparenter au tako-tsubo, une insuffisance cardiaque aiguë survenant en cas de stress émotionnel ou physique intense. La prise en charge de ce trouble est similaire aux prescriptions établies dans l’insuffisance cardiaque : l’administration de bêta-bloquants, d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, de l’aspirine et des diurétiques. En quelques semaines, la récupération est effective.

 

Cognitif.

Chez les patients souffrant d’hypertension artérielle, le risque de souffrir de troubles cognitifs augmente de 1,19 à 1,55. Cette fragilité cardiovasculaire augmente la survenue de démence et expose les patients à la maladie d’Alzheimer. Comment l’expliquer ? En altérant le système vasculaire, l’hypertension perturbe le débit sanguin et le métabolisme du cerveau. Au niveau cérébral, la substance blanche peut être atteinte. On parle d’un manque d’oxygénation dans le sang du cerveau (hypoxie). Contre ce mécanisme, la prise d’antihypertenseurs permet une bonne récupération cognitive.

 

Pollution.

L’exposition quotidienne aux particules fines (PM2,5) majore le risque d’arythmie ventriculaire de 39%*. Une concentration en particules fines élevé augmente le risque d’infarctus du myocarde, d’angine de poitrine, de troubles du rythme cardiaque, d’accident vasculaire cérébral (AVC), de coronaropathies. Sur le long terme, la pollution provoque une altération de la viscosité sanguine, une hausse de la coagulation (à l’origine de la formation des caillots sanguins) ou encore une réduction de la saturation en oxygène.

 

Cœurs fragilisés.

Faute d’accès suffisant aux thérapeutiques, les femmes victimes d’un infarctus du myocarde à 50 ans ou moins ont plus de risque de décéder dans les 11 années à venir, comparé aux hommes. Les femmes sont aussi exposées au risque d’hypertension artérielle en lien avec l’isolement social. Un point mis en avant par des chercheurs canadiens de l’Université de Colombie Britannique. Cette fragilité n’a pas été retrouvée auprès de la population masculine. A savoir que l’isolement était caractérisé en dessous de trois événements sociaux par semaine.

 

 

* chaque saut d’un quartile par rapport à la moyenne sur les 21 jours précédents

 

 

Sources :

  • « Stress et maladies cardiovasculaires », Dany-Michel MARCADET, Myléna MUZYKA-LE GAL, Centre Cœur et Santé Bernoulli, Paris, 1er octobre 2020, Cardiologie Pratique
  • « Encore une étude sur les relations entre PA et déclin cognitif », Ya-Nan Ou et al. Hypertension 2020 ;76(1) : 217-25, 13 octobre 2020, Cardiologie Pratique
  • « L’arythmie ventriculaire favorisée par la pollution », Peralta AA et al. Circulation 2020; 142(9): 858-67, 13 octobre 2020, Cardiologie Pratique
  • « 2016 US presidential election associated with uptick in heart attacks and stroke », Harvard Chan School, Proceedings of National Academy, 12 octobre 2020
  • « Young women who suffer a heart attack have worse outcomes than men », Ron Blankstein, European Heart Journal, 13 octobre 2020
  • « Social connections and hypertension in women and men a population-based cross-sectional study of the Canadian Longitudinal Study on Aging » Hosseini, Zeinab, Journal of Hypertension, 22 octobre 2020