Coronavirus COVID-19 et risque cardiovasculaire

15 juillet 2020 Actualités

De nouvelles informations sur le coronavirus Covid-19 sont publiées chaque jour, et l’ensemble des médias suit la propagation du virus et les mesures prises par le gouvernement… Mais quelles sont les spécificités de ce virus par rapport au risque cardiovasculaire ? Nous faisons pour vous le tour des études, avis et rapports sur le sujet afin de vous aider à y voir plus clair et surtout à être encore plus vigilants.

 

Coronavirus COVID-19 et l’hypertension artérielle

 

Nous vivons certes un contexte pandémique exceptionnel, mais cela ne doit pas nous faire oublier que l’hypertension artérielle reste un problème de santé publique majeur.
 
A travers les 4 vidéos suivantes, le Professeur Xavier Girerd de l’Assistance Publique, Cardiologue et Président de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension artérielle décortique la situation des hypertendus et leur prise en charge avant, pendant et après la crise COVID-19 :

  • Quelle est la situation des hypertendus avant la crise du COVID-19 ?

 

  • Pourquoi l’hypertension artérielle est un marqueur du mauvais état de santé des patients qui ont été touchés par le COVID-19 ? Points sur les traitements de l’HTA et leurs effets sur le COVID-19

  • Les professionnels de santé et les patients HTA se sont adaptés à cette situation particulière.

 

  • Téléconsultation, télémédecine, la crise du COVID-19 accélère l’entrée du digital dans la santé

 

Source : https://hta-en-4-actes.lequotidiendumedecin.fr/
 

Covid-19 : Augmentation des accidents cardio-vasculaires chez les femmes

 

La crise actuelle du Covid fait craindre une recrudescence du nombre d’accidents cardio-vasculaires chez les femmes. La professeure de cardiologie Claire Mounier-Vehier (chef du service de Médecine vasculaire et HTA, Institut Coeur Poumon, CHU de Lille), a remarqué qu’avec le déconfinement le nombre d’AVC a augmenté notamment chez les femmes.

« Les femmes sont plus sensibles que les hommes aux facteurs de risques classiques. Pendant le confinement, elles ont vécu la sédentarité, elles ont moins bien mangé, probablement plus fumé pour les fumeuses. Il y a eu un stress lié au télétravail ou à la précarité. Il faut aussi faire l'école à la maison pour les enfants et s'occuper de la maison. C'est un véritable cocktail pour provoquer des accidents cardiaques »

Le risque est d’autant plus important que les symptômes de l’infarctus chez les femmes sont souvent atypiques :

  • un essoufflement pour des efforts de la vie quotidienne
  • des palpitations
  • une sensation de douleur thoracique
  • des difficultés à digérer, impression d'indigestion
  • un sentiment d'angoisse

Si l’on ressent un ou ces symptômes, il est important d’appeler le 15.

 

https://www.agirpourlecoeurdesfemmes.com/actualite/media/JT-de-20h-de-France-2

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/deconfinement-et-maladies-cardiovasculaires-une-cardiologue-lilloise-craint-une-bombe-a-retardement-1590418612

https://www.doctissimo.fr/sante/news/coronavirus-maladies-cardiovasculaires-femmes

 

Covid19 : Une nouvelle consultation prise en charge à 100% pour les personnes fragiles

 

Pendant la crise sanitaire que nous traversons, il est important de prendre soin de sa santé et de celle de ses enfants. La solution la plus simple est de consulter votre médecin par le biais de la téléconsultation, si vous ne pouvez pas vous déplacer.

Si la téléconsultation n’est pas suffisante et/ou possible, une consultation particulière avec le médecin traitant a été créée pour accompagner les personnes reconnues à risque de développer une forme grave de Covid-19 et les personnes prises en charge pour une affection de longue durée (ALD) :

  • qui n’ont pas pu consulter leur médecin généraliste depuis le 17 mars 2020,
  • ou qui sont adressées par un établissement de santé après une hospitalisation.

Elle est proposée jusqu’au 30 juin 2020, et prise en charge intégralement par l’Assurance Maladie.

Si vous êtes dans ce cas, prenez contact rapidement avec votre médecin traitant.

 

https://www.ameli.fr/assure/covid-19/prendre-soin-de-sa-sante-pendant-la-crise-sanitaire/prendre-soin-de-sa-sante-pendant-la-crise-sanitaire

 

Covid-19 : l’impact des pathologies cardiovasculaires

 

Dans un communiqué du 21 avril, le Conseil national professionnel de cardiologie (CNPCV), la Fédération française des diabétiques (FFD) et l'Alliance du cœur donnent des recommandations pour le suivi des patients atteints de pathologies cardiovasculaires, suivant leur situation.

Il faut rester vigilant et ne pas prendre le risque de négliger ou de minimiser un signe qui peut être une alerte et annoncer un risque.

Les données publiées le 9 avril par Santé publique France précisent le lien entre les pathologies existantes (comorbidités), notamment le diabète et les pathologies cardiaques, et le risque de développer une forme grave de coronavirus. 
Son étude réalisée sur un échantillon de patients nécessitant des soins de réanimation indique que 66% des patients présentaient un facteur de risque ou comorbidité dont le plus fréquent était le diabète (23%), suivi des pathologies cardiaques (19%), de l'hypertension artérielle (17%) et des pathologies pulmonaires (16%).  La part de patients en réanimation avec une obésité morbide, soit un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 40, était de 9%.

L'âge reste cependant un facteur déterminant. En France, plus de 60% des patients en réanimation et plus de 90% des personnes décédées ont plus de 65 ans.

Suite au renforcement des mesures visant à prévenir la propagation du virus, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a rendu un avis précisant les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie.

Traitements anti-hypertenseurs :

La Société Européenne de Cardiologie recommande que les médecins et les patients continuent leur traitement avec leur médicament antihypertenseur habituel car il n’y a aucune preuve clinique ou scientifique suggérant qu’un traitement par IEC ou ARA II doivent être arrêté à cause de l’infection à Covid-19.

Traitements anti-inflammatoires :

La prise d’anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène ou la cortisone en automédication est déconseillée. Largement utilisés en automédication, les anti-inflammatoires ne sont pas sans risque. Ils ne sont plus en libre accès dans les pharmacies depuis janvier 2020. Bien sûr, pour les patients qui doivent prendre des anti-inflammatoires sur prescription médicale, il est recommandé de demander conseil à leur médecin traitant.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) met également en garde contre le recours aux compléments alimentaires contenant des plantes aux propriétés anti-inflammatoires qui peuvent perturber les mécanismes de défense utiles pour lutter contre les infections et, en particulier, contre le COVID-19.

Il s'agit de celles contenant :

  • des dérivés d'acide salicylique (contenu dans l'aspirine), comme le saule, la reine-des-prés, le bouleau, le peuplier, la verge d'or, les polygalas ;
  • d'autres anti-inflammatoires végétaux : l'Harpagophytum, les échinacées, le curcuma, la griffe du chat, les plantes des genres Boswellia et Commiphora.

En cas de symptômes de Covid-19, vous pouvez consulter le site covid19-medicaments.com pour vérifier si un de vos médicament pourrait présenter un risque potentiel d’aggraver ces symptômes.

Le site maladiecoronavirus.fr propose, sur la base d'un questionnaire anonyme mis au point en collaboration avec des chercheurs et des médecins de l'Institut Pasteur, des Hôpitaux de Paris et de plusieurs CHU, un test en ligne pour vous aider à détecter la maladie.