Transport et vacances : anticiper pour ne pas stresser

31 juillet 2020 Actualités

« Les vacances sont une chose trop sérieuse pour être prise à la légère », souligne la délégation à la Sécurité routière, sur son site internet. Ce qui signifie qu'elles se préparent soigneusement pour éviter des tensions, la fatigue et donc le risque d’accident…

Le jour J, partez reposé et apaisé. Chargez quelques bouteilles d’eau et un brumisateur, si la journée s’annonce chaude. Choisissez de partir le matin, après une bonne nuit de sommeil, plutôt qu'en soirée ou dans la nuit. En revanche, ne prenez pas le volant après une journée de travail et de tensions. Et pour cause, l’Association Prévention routière cite une étude selon laquelle, « après 17 heures de veille active, les réflexes diminuent autant qu’avec 0,5 g d’alcool par litre de sang » !

De façon concrète, « Dès les premiers signes de somnolence, le conducteur doit s’arrêter parce que les risques d’avoir un accident dans la demi-heure qui suit sont multipliés par 3 ou 4 », expose le Pr Damien Léger de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). Ces signes, quels sont-ils ? Bâillements et paupières lourdes, principalement, sans compter que la somnolence entraîne aussi des périodes de micro-sommeils, de une à quatre secondes… Et la délégation ministérielle d’insister : « Sur l’autoroute, un accident mortel sur trois est associé à la somnolence ».

Vitesse, médicaments…

En conséquence, après être parti reposé, faites une pause au moins toutes les 2 heures. Et restez dans les limitations de vitesse. Vous ménagerez ainsi votre cerveau en lui épargnant « d’avoir à traiter un plus grand nombre d’informations en un minimum de temps, la vision devant alors s’adapter en permanence ». Par ailleurs, ne prenez pas la route après avoir consommé des médicaments. La somnolence fait partie des effets secondaires de nombreuses molécules. Alors lisez bien la notice.

Enfin, pour éviter tout stress inutile, ne vous fixez pas d’heure impérative d’arrivée. « Pour la sécurité de tous, mieux vaut un conducteur détendu, qui n’est pas pressé par un horaire », enchaîne l’association Prévention routière. Et jetez un œil au dispositif Bison futé, pour éviter au maximum les embouteillages. Ils constituent toujours une source de stress – mauvais pour votre cœur - d’impatience et de fatigue