Cancer du sein : des risques pour le cœur ?

16 octobre 2020 Actualités

Le lien entre le traitement du cancer et la survenue de troubles cardiaques est désormais bien documenté sur le plan scientifique. En effet la chimiothérapie et la radiothérapie, peuvent causer des effets cardiotoxiques à long terme, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Focus à l’occasion d’Octobre rose sur le cancer du sein.

Octobre Rose

Chaque année en octobre, la campagne contre le cancer du sein organisée par l’association Ruban Rose propose de lutter contre ce cancer en informant, en dialoguant et en mobilisant. Pour davantage d’informations, consultez le site https://www.cancerdusein.org/.

 

De manière générale, trois types de traitements sont utilisés en première intention dans la prise en charge du cancer du sein : la chirurgie, la radiothérapie et les traitements médicamenteux (chimiothérapie, thérapies ciblées et hormonothérapie). Ils peuvent être utilisés seuls ou associés les uns aux autres.

 

Des risques faibles avec la radiothérapie

Selon l’Institut national du Cancer (INCa), « des troubles cardiaques peuvent survenir en cas de radiothérapie, si la dose reçue par une partie du cœur (en particulier lors du traitement du sein gauche) dépasse un certain seuil. » Toutefois selon l’INCa, cet effet secondaire dit tardif reste très rare.

 

Quid de la chimiothérapie ?

La doxorubicine ou l’épirubicine, deux chimiothérapies appartenant à la famille des anthracyclines peuvent provoquer des troubles cardiaques. Comme souvent, tout est une question de dosage. Plus la dose est élevée, plus les risques sont importants. C’est pourquoi le nombre maximal de cures est souvent limité. « Cette toxicité nécessite une surveillance rapprochée par examen clinique et une évaluation de la fonction cardiaque par échographie ou scintigraphie cardiaque éventuellement associée à un électrocardiogramme », explique l’INCa.

 

A noter : Le cancer du sein est à la fois le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme. Son incidence et sa mortalité diminuent toutefois d’année en année. Le taux de survie nette à 5 ans est de 87 %. Au total, 58 459 nouveaux cas de cancer du sein ont été recensés en France en 2018 et 12 146 décès ont été enregistrés.