Qu’est-ce que l’orthorexie ?

En solidarité avec la période de confinement, les actualités COVID sont ouvertes à tous.

 

18 novembre 2020 Actualités santé

Du grec orthos qui signifie droit et orexis pour manger, l’orthorexie constitue une quête obsessionnelle du manger sain. Les personnes qui en souffrent sont focalisées sur la pureté diététique des aliments qu’ils consomment.

 

La pureté aux dépens du goût et du plaisir… L’orthorexie est en quelque sorte un comportement d’hypercontrôle voire d’obsession à travers lequel la personne ne mange que les aliments qu’elle identifie comme sains et dont elle connaît l’origine. L’orthorexique exclut ainsi de nombreux aliments de son assiette. C’est notamment le cas des aliments industriels, transformés. Il tend vers une alimentation très peu diversifiée, au point parfois d’entraîner une malnutrition. D’après l’American Psychological Association (APA), de 0,4% à 1,5% de la population serait concernée.

 

Hyper-vigilance qualitative

Outre une tendance obsessionnelle, les personnes concernées seraient « plutôt issues des classes sociales supérieures », a observé le Dr Bernard Waysfeld, médecin nutritionniste et psychiatre, spécialiste de la question. « Elles ont en quelque sorte le temps et les moyens de prendre soin de leur santé ». Il ajoute : « nous constatons une large prédominance féminine : 80 % des personnes orthorexiques sont des femmes, souvent d’anciennes personnes anorexiques qui transforment leurs restrictions quantitatives en hyper-vigilance qualitative ».

 

La prise en charge passe par un suivi psychologique et/ou associé à un accompagnement nutritionnel réalisé par un professionnel. Même si le sujet est encore peu connu et peu étudié, les spécialistes bénéficient de questionnaires (comme le test de Bratman : http://www.masef.com/scores/orthorexietestbratman.htm) pour évaluer l’orthorexie : son impact sur la santé mais aussi sur l’entourage (risque d’isolement social…). L’enjeu étant d’amener la personne orthorexique à changer ses habitudes alimentaires et à lui faire prendre conscience que sa santé passe surtout par une alimentation diversifiée.

 

 

 

Sources

  • Université Toulouse - Jean Jaurès (UFR Psychologie) - Centre d’études et de recherche en psychopathologie et santé (CERPPS)
  • 53e Journées d’Études de l’Association française des diététiciens nutritionnistes (AFDN), Tours, 11-13 juin 2015
  • McComb SE, Mills JS. Orthorexia nervosa: a review of psychosocial risk factors.
  • Appetite. 2019;140:50‑75.
  • Etat des connaissances de l’orthorexie Quels sont les traitements proposés et le rôle du diététicien dans la prise en charge ? - Haute Ecole de santé, Genève - juillet 2019 : https://doc.rero.ch/record/327623/files/TB_final_Orthorexie_FA_OI.pdf