Cancer du sein : le mois d’octobre est rose !

08 octobre 2020 Actualités

Le cancer du sein est la première cause de mortalité des femmes en France et le cancer le plus fréquent : or, on estime qu’un cancer sur 3 pourrait être évité en adoptant de meilleures habitudes de vie. En modifiant son mode de vie et en l’améliorant, il est donc possible de limiter les risques de contracter la maladie ou d’en guérir plus facilement : aujourd’hui, plus de 3 cas sur 4 sont guéris.
 

Une campagne de prévention annuelle depuis 1994 

Originaire des Etats-Unis où il a eu lieu pour la première fois en 1985, le concept d’Octobre Rose a été exporté en France à l'initiative du groupe Estée Lauder, qui créé l'association Le Cancer du sein, parlons-en ! A l’origine, un numéro spécial sur le cancer du sein : la belle-fille d’Estée Lauder était en rémission et souhaitait sensibiliser les femmes sur cette question. Il en a ensuite découlé l’association, le ruban rose et la campagne de prévention dont il est le symbole.

Depuis 1994, ce mois est alors dédié à la sensibilisation du cancer du sein et à son dépistage :  l’occasion de revenir sur cette maladie qui touche chaque année plus de 54000 personnes.

Le saviez-vous ?

Bien que les femmes soient très majoritairement les victimes de ce cancer, les hommes ne sont pas épargnés : ils représentent 1% des cas de cancers du sein.

 

Comment l'éviter  ? 

En 2019, le congrès annuel de la North American Menopause Society (NAMS) a présenté les conclusions de différentes études sur le cancer du sein. Certains de nos comportements, sur lesquels il est possible d’agir, favorisent l’apparition de cette maladie :

  • Le poids : chez la femme ménopausée, le risque de cancer du sein est 1,5 à 2 fois plus élevé si elle est obèse (IMC). La graisse corporelle présente en excès augmente le risque d’hyperinsulinémie (un taux trop élevé d’insuline dans le sang), d’une surproduction d’estradiol (l’hormone produite par les ovaires), et d’inflammation.
  • Une alimentation déséquilibrée : une faible consommation en fruits, légumes, fibres alimentaires et produits laitiers ainsi qu'une consommation élevée en viandes rouges et en viandes transformées fragilisent l’organisme et favorisent l’apparition de ce type de cancer. Ils permettent en effet de lutter contre l’obésité, les aliments riches en fibres permettant d’éliminer plus facilement les lipides. Les fruits et les légumes sont également sources d’antioxydants, qui empêchent la formation de radicaux libres qui, en trop grande quantité, deviennent cancérigènes.
  • La consommation d’alcool, qui est responsable de 6,4% des cas de cancer.
  • Le manque d’activité physique : la pratique d’une activité physique et sportive régulière est un facteur protecteur. Elle diminue les risques de rechute de 30% et permet d’éviter 1 cancer du sein sur 8.

 

Le changement de nos habitudes de vie reste donc la meilleure prévention et la plus simple. 1 femme sur 8 risques de développer un cancer du sein au cours de sa vie, mais plus il est découvert tôt, plus les chances de guérison augmentent. L'information sur le dépistage précoce et sur les bonnes pratiques est donc également essentiel : il est le premier réflexe de prévention à adopter et permet de sauver des milliers de vie.

 

Sources