Quels sont les effets du tabac sur le cœur ?

En solidarité avec la période de confinement, les actualités COVID sont ouvertes à tous.

 

29 octobre 2020 Actualités santé

Ce n’est pas un secret : fumer est dangereux pour la santé. Chaque jour, 200 personnes décèdent du tabac : il s’agit de la première cause de la mortalité en France. Mais la vraie question est : pourquoi ? Comment le tabac impacte-t-il notre système cardiovasculaire ?
 

Les impacts sur le cœur et les artères

 

On estime à 15 millions le nombre de fumeurs dans l’hexagone, soit un tiers des personnes de 18 à 75 ans. Entre 26 et 75 ans, les fumeurs consomment en moyenne 15 cigarettes par jour, ce qui a un impact non négligeable sur leur santé. Mais même chez le fumeur occasionnel ou "petit fumeur", la cigarette abîme le cœur et les artères.

  • A court terme, le tabac peut provoquer des spasmes des artères (c’est-à-dire un rétrécissement brutal de celles-ci), la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque. Ces mécanismes expliquent la brutalité́ des accidents cardio-vasculaires qui en découlent, même chez les jeunes adultes : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, mort subite.
  • A plus long terme, le tabac dégrade progressivement les artères. Comment ? Il favorise l’apparition de plaques qui entrainent une réduction du calibre interne des artères : on appelle cela l’athérosclérose. Un effet d’autant plus rapide et important si d’autres facteurs de risque sont présents, comme un excès de cholestérol, une hypertension artérielle ou un diabète.
  • Le monoxyde de carbone qui résulte de la combustion de la cigarette, prive le cœur d’une partie de l’oxygène qui lui est indispensable, et contribue à « l’asphyxier ».

 

Il est difficile d’anticiper ces incidents en raison des mécanismes très sensibles qui en sont la cause : la survenue de spasmes et de caillots peut se déclencher même pour une faible exposition au tabac, et sans signe avant-coureur. Et l’âge n’est pas un facteur déterminant, car les accidents cardiovasculaires liés au tabagisme sont de plus en plus précoces : 80% des victimes d’infarctus âgées de moins de 45 ans sont des fumeurs.

 

Un tabagisme passif qui n’est pas inoffensif

 

La fumée de cigarette contient plus de 4000 substances chimiques, dont beaucoup sont toxiques, et au moins 50 sont cancérigènes.

Le tabagisme passif, qui désigne les personnes qui ne fument pas mais qui vivent avec des fumeurs ou les côtoient au quotidien, augmente en moyenne le risque d’infarctus du myocarde de 25%. Le tabagisme passif doit donc aussi être considéré comme un véritable facteur de risque et prévenu par des mesures collectives et individuelles.

En plus des risques cardiovasculaires, le tabac est en plus à l’origine de nombreuses autres pathologies : cancers du poumon, de la gorge, de la bouche, du pancréas, de la vessie... Il est aussi responsable de troubles de la fertilité et peut aggraver certaines maladies comme les gastrites, les ulcères, les infections ORL...

Malgré tout, il faut savoir que tout ceci n’est pas une fatalité. Les conséquences du tabac sur la santé sont importantes, mais il est très rapide de retrouver des artères en bonne santé après avoir arrêté de fumer !

 

 

Sources :