Qu’est-ce qu’une coronarographie ?

En solidarité avec la période de confinement, les actualités COVID sont ouvertes à tous.

 

19 octobre 2020 Actualités santé

Votre cardiologue souhaite explorer l’état de vos artères coronaires, ces gros vaisseaux qui nourrissent votre cœur ? Pour établir un diagnostic précis et s’assurer qu’il n’existe pas de rétrécissement, il peut vous prescrire un examen appelé coronarographie ou angiographie des coronaires Explications.

La coronarographie vise donc à préciser l’état général de vos coronaires, ces artères placées en couronne autour du cœur et qui lui apportent le sang nécessaire à son fonctionnement. Plus précisément, cet examen permet au médecin de déceler d’éventuelles zones de rétrécissement ou d’occlusion. Lesquelles peuvent être responsables d’affections potentiellement graves comme l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde ou l’insuffisance cardiaque.

 

En pratique, le médecin introduit un cathéter (c’est-à-dire une mini-sonde) dans une artère, puis injecte un produit spécial visible aux rayons X dans le système circulatoire, près du cœur. L’utilisation des rayons X est effectuée à des « doses aussi basses que possible », précise la Société française de cardiologie (SFC).

 

Souvent couplée à un ECG

L’examen nécessite une hospitalisation de jour (dans ce cas, la présence d’une tierce personne est nécessaire pour le retour à domicile). Ou, selon votre état général, une hospitalisation de 24 à 48 heures. Comme l’ajoute la Fédération française de cardiologie (FFC), « en dehors de l’urgence cardiologique (attaque cardiaque ou infarctus du myocarde), la coronarographie n’est pas un examen de première intention. Elle est le plus souvent précédée de tests tels que l’électrocardiogramme (ECG) de repos, l’ECG d’effort et/ou la scintigraphie myocardique d’effort. Ou encore l’échocardiographie d’effort (ou de stress) chez des patients s’étant plaints de douleurs thoraciques typiques à l’effort : barre ou serrement dans la poitrine (comme un étau) irradiant (vers la mâchoire ou le bras gauche) ou atypiques mais déclenchées par un effort ».